Milieux Ouverts Herbacés MJPProjet Milieux Ouverts Herbacés

Cette action s’inscrit dans le programme Milieux Ouverts Herbacés (MOH) porté par l’IPAMAC (association InterParcs Massif Central), initié en 2011. Par milieux ouverts herbacés, on entend les prairies permanentes, pelouses, estives, parcours, landes et pré-bois. Ce sont des surfaces en herbe dont l’usage, comme pâturage ou parcelle de fauche, permet l’alimentation des troupeaux. Ces espaces sont donc intimement liés à l’activité d’élevage.
D’une manière générale, les objectifs du projet sont de sensibiliser les agriculteurs à la conservation des prairies naturelles diversifiées, de pérenniser la place de pratiques favorables dans les systèmes d’exploitation et d’intégrer la préservation de la biodiversité dans les itinéraires techniques.
Le Pnr du Haut-Languedoc contribue à ce programme depuis 2014. Sur notre territoire, Il a permis de réaliser 10 diagnostics d’exploitations chez des agriculteurs volontaires (2 en 2014, 4 en 2017 et 4 en 2018), 3 journées d’échanges et de formation et un livret technique à destination des agriculteurs. La prochaine journée d’échange et de formation aura lieu le 15 novembre prochain. Les retours des éleveurs suite aux diagnostics et journées d’échanges sont très encourageants.
Pour les années prochaines, l’objectif est de poursuivre la vulgarisation et d’approfondir le travail mené depuis plusieurs années sur les prairies naturelles en le renforçant de données scientifiques, améliorant les connaissances et aboutir à un conseil et un accompagnement plus précis des exploitants. Le travail de sensibilisation se poursuivra également avec l’organisation d’ateliers locaux, l’organisation de journées annuelles, la réalisation de supports de communication.
Les enseignements de ce travail, ainsi que ceux des autres partenaires travaillant sur ce sujet à l’échelle du Massif Central, seront détaillés dans un site internet dédié, disponible prochainement :
http://www.paturagesdumassifcentral.com/.

Projet vergers de sauvegardeverger sauvegarde MJP

Un inventaire du patrimoine fruitier du Parc naturel régional du Haut-Languedoc, réalisé entre 2000 et 2003, par l’association gardoise "Fruits Oubliés" a révélé la présence d’une grande diversité de pommes liées à ce territoire. Parmi la centaine de variétés recensées, 43 ont été identifiées comme étant de tradition locale.
Or, ce patrimoine fruitier disparaît peu à peu. L’apparition dans les années 1950 de l’arboriculture industrielle, qui tend à homogénéiser les pratiques et les variétés utilisées, est l'une des principales causes de cette disparition. S’ajoute à cela un autre facteur qui intervient dans la perte de cette biodiversité cultivée : la déprise agricole. En effet, avec la diminution de la population rurale, c’est toute une culture, un savoir-faire et des pratiques liés à l’arboriculture dans le Haut-Languedoc qui disparaît.
Face à ces constats, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc s’est engagé à mettre en place des vergers de sauvegarde des variétés anciennes et locales de pommes.
En septembre 2010, avec l’appui technique et scientifique de partenaires (Pépins d’Hier, Verger conservatoire du patrimoine fruitier du département du Tarn), le Parc a déterminé les 5 variétés locales et anciennes retenues comme prioritaires sur le territoire du Haut-Languedoc : Milharenque, Janissole, Pomme de Rouairoux, Rainette de Marso et Cœur de Bœuf. Entre 2011 et 2012, grâce à un volontaire en service civique, le Parc a réalisé un travail de terrain pour localiser les vergers contenant des arbres de ces 5 variétés. L’action a consisté à prendre contact avec les propriétaires, visiter des vergers, et surtout déterminer les arbres les plus adaptés à une future récolte de greffons. Pour chaque variété, un arbre de référence a été sélectionné, celui représentant les caractéristiques les plus communes et identitaires de la variété ciblée. Ce sont sur ces arbres que le pépiniériste a prélevé les greffons. Au total, 240 petits arbres greffés ont été accueillis dans la pépinière de Renaud Mauchoffé à Saint-Amans-Soult jusqu’à ce qu’ils aient atteint une taille suffisante pour leur plantation dans les vergers. Les transplantations dans les vergers de sauvegarde se sont étalées entre janvier 2016 et novembre 2018.
Aujourd’hui, le réseau des vergers de sauvegarde du Pnr du Haut-Languedoc compte 12 vergers situés sur les communes suivantes : Aiguefonde, Anglès, Le Rialet, Labruguière, Lunas, Mazamet, Pont de l’Arn, Riols, Saint-Amans-Soult, Saint-Amans-Valtoret et Verdalle. Chacun accueille des arbres des 5 variétés, soit entre 15 et 20 arbres. A l’automne 2018, les premières pommes ont murît, laissant présager de belles récoltes dans les années futures. Ces vergers auront comme principale mission de permettre la valorisation des variétés locales et anciennes, ils seront le support d’animations pour tous les publics.
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter les fiches techniques des variétés locales et anciennes de pommes du Haut-Languedoc. Vous y trouverez une guide permettant de vous aider à décrire pas à pas une pomme ainsi que les fiches variétales des cinq variétés locales sélectionnées.

Jury concours prairies fleuries DBBConcours prairies fleuries

Depuis 2011, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc organise sur son territoire un concours autour des prairies naturelles. Initialement appelé concours des prairies fleuries, il s’appelle désormais Concours des Pratiques Agro-écologiques Prairies & Parcours. Ce concours est une catégorie du concours général agricole, au même titre que les animaux, les vins ou les produits. En 2018, 44 territoires ont organisé ce concours et 257 agriculteurs y ont participé. Plus d’infos sur :
https://www.concours-general-agricole.fr/concours-general-agricole/les-concours/le-concours-des-pratiques-agro-ecologiques-prairies-et-parcours/

Le principe est simple. Il s’agit de valoriser les parcelles ayant le meilleur équilibre agri-écologique, c'est-à-dire celles qui relèvent le défi de maintenir la richesse en espèces floristique tout en conservant une excellente productivité et une grande qualité des fourrages.
Pour apprécier cela, un jury composé d’experts dans les domaines de la biodiversité, de l’agronomie et de l’apiculture se déplace sur chaque parcelle. Il analyse des critères très variés comme la diversité et l’équilibre entre les espèces, l’appétence et les caractéristiques nutritives du fourrage, la présence de certaines plantes, la qualité du lieu de vie pour le troupeau, la dynamique des végétations, la ressource alimentaire disponible pour les abeilles, le potentiel de l’environnement pour l’ensemble de la faune (insectes, oiseaux, chauves-souris)…

Le concours se déroule généralement sur 2 journées. A l’issue des visites, le jury délibère et attribue des prix qui sont remis lors d’une cérémonie en présence des participants dans le courant de l’automne. Le lauréat du Haut-Languedoc participe ensuite au concours national pour lequel les prix sont annoncés lors du Salon International de l’Agriculture à Paris. En 2011, le GAEC de Lamarque à Anglès a reçu le prix national d’excellence agri-écologique dans la catégorie « prairies de fauche de montagne ».
D’une manière générale, ce concours entend montrer que production et biodiversité peuvent se rejoindre. Il créé du dialogue entre acteurs des territoires et permet de communiquer sur l’intérêt et l’importance du maintien des prairies naturelles en France.

Animation CPMA

CPMA MJPLe territoire du Pnr du Haut-Languedoc, zone de montagne située en tête de bassins versants, est considéré comme un véritable « château d’eau ». Il présente une densité particulièrement importante de zones humides. Afin de maintenir et améliorer la qualité des cours d’eau et la continuité des écosystèmes aquatiques, le Parc et l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ont signés ensemble deux Contrats Pluriannuels de Milieux Aquatiques, sur les bassins versants de la Vèbre et du Viau ainsi que sur le bassin versant du Sor. Ceux-ci nous engagent à lancer plusieurs opérations de gestion, de restauration et de valorisation des cours d’eau et des zones humides associées.
Les objectifs de ces contrats sont multiples : fédérer les partenaires du territoire autour du projet de préservation des milieux humides, maintenir la gestion agricole des milieux humides et restaurer les secteurs qui le nécessitent, mettre en œuvre des actions de sensibilisation destinées à initier et/ou pérenniser des bonnes pratiques de gestion forestière sur milieux aquatiques, préserver et restaurer la fonctionnalité des zones humides et communiquer sur l’importance des zones humides. Initiés en 2015 (Vèbre-Viau) et 2016 (Sor), ils se poursuivront respectivement jusqu’en 2020 et 2021. Le Pnr coordonne la mise en œuvre de ces contrats dont les actions sont réalisées par de nombreux intervenants, y compris le Parc lui-même : Chambre d’agriculture du Tarn, Rhizobiome, Conseil Général du Tarn, Office National des Forêts, Centre Régional de la Propriété Forestière Occitanie, Syndicat Mixte du Bassin de l’Agout, Fédération du Tarn pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique, Conservatoire d’Espaces Naturels Midi-Pyrénées, Arbres et Paysages tarnais.

Le bassin versant de la Vèbre et du Viau concerne en totalité ou partiellement 5 communes (Barre, Lacaune, Moulin-Mage, Murat sur Vèbre et Nages), pour une surface de 14 038 ha. Il est constitué d’un réseau de 600 cours d’eau, soit 254 km. Les cours d’eau principaux sont le Viau, la Vèbre et la rivière Caunaise. Sur ce territoire, 74 zones humides sont actuellement répertoriées. Elles occupent 470 ha, majoritairement le long des cours d’eau.
Le bassin versant du Sor concerne 33 communes pour une surface de 37 000 ha. Il se divise entre territoire de montagne, avec de nombreux ruisseau de tête de bassin, et territoire de plaine, où une partie de ses eaux sont déviées vers le canal du Midi via la rigole de la Plaine. Des inventaires, non exhaustifs, ont permis de localiser environ 414 ha de zones humides.

L'herbier numérique est en ligne !

Le Parc naturel régional du Haut-Languedoc vient de mettre en ligne son herbier numérique, un outil simple et gratuit qui permet d’identifier les principales plantes susceptibles d’être vues dans les prairies naturelles du Haut-Languedoc.

Le principe est élémentaire : vous avez trouvé une fleur au fil d’une promenade et vous aimeriez connaître son nom afin de connaître sa biologie ? Connectez-vous sur http://herbier-numerique-haut-languedoc.fr et cochez trois critères qui permettront de la reconnaitre : par exemple sa taille (est-elle petite, moyenne ou grande ?), le nombre de ses pétales et sa couleur. Avec une navigation et une ergonomie très aisées, notre application numérique identifie cette fleur et en propose un descriptif.

Aujourd’hui, l’herbier numérique du Parc naturel régional du Haut-Languedoc répertorie 50 plantes des prairies naturelles. Elle pourra être étendue prochainement aux fleurs des forêts, des cours d’eau, etc.

Lo Grehl Del Pargue, la lettre des agricultures

Régulièrement, le Parc édite une lettre à destination des producteurs et agriculteurs du territoire pour les tenir informés des actions menées sur le territoire à leur intention. 
Vous pouvez retrouver le dernier numéro en cliquant ici !