Milieux Ouverts Herbacés MJPProjet Milieux Ouverts Herbacés

Depuis plusieurs années, le Parc mène des actions pour encourager les éleveurs à mieux connaître et utiliser leurs ressources fourragères naturelles. Ces action s’inscrivent dans le programme Milieux Ouverts Herbacés (MOH) porté par l’IPAMAC (association InterParcs Massif Central), initié en 2011. 

 

"Milieux ouverts herbacés", qu'es aquò ?

Ce sont des surfaces en herbe (prairies permanentes, pelouses, estives, parcours, landes, pré-bois...) dont l’usage, comme pâturage ou parcelle de fauche, permet l’alimentation des troupeaux. Ces espaces sont donc intimement liés à l’activité d’élevage.

 

 

L'objectif du projet :

- sensibiliser les agriculteurs à la conservation des prairies naturelles diversifiées

- pérenniser les pratiques favorables dans les systèmes d’exploitation

- intégrer la préservation de la biodiversité dans les itinéraires techniques

 

Les réalisations :

Le Parc du Haut-Languedoc participe à ce programme depuis 2014* et a réalisé :

- des diagnostics d’exploitations chez des agriculteurs entre 2014 et 2018

- des journées-ateliers d’échanges et de formation sur la gestion de la ressource fourragère pour les éleveurs depuis 2017

- un livret technique

- des supports de sensibilisation

 

Les retours des éleveurs sont très encourageants. 

Les enseignements de ce travail, ainsi que ceux des autres PNR du Massif Central, sont disponibles sur le site Pâturages du Massif Central.

 

La dynamique de groupe : un collectif d'éleveurs du Parc pour s'entraider

 

Logo Collectif éleveurs en pleine herbe

En février 2021, un groupe d'éleveurs motivés, rassemblé au fil des années de façon informelle lors des journées-ateliers du Parc, est devenu le "Collectif des éleveurs en pleine herbe". Ces éleveurs, accompagnés par le Parc, partagent tous l'envie commune de valoriser leurs espaces herbacés pour donner ce qu’il y a de mieux à leurs animaux. 

 

Entraide et échanges sont au cœur de la démarche : partages d'expérience et visites d'exploitations permettent de discuter des pratiques et stratégies de chacun, pour réfléchir à une meilleure gestion des surfaces fourragères et trouver ensemble, des solutions pour surmonter et anticiper certaines difficultés : alimentation en période de sécheresse, adéquation des végétations aux besoins des animaux...

 

Le collectif est ouvert à tous : chacun peut venir quand il le souhaite, écouter, s’exprimer, questionner…

L’adhésion est gratuite et des ressources techniques seront transmises régulièrement par le Parc aux adhérents.

 

>> Pour en savoir plus : cliquez ici

>> Pour adhérer : cliquez ici 

 

 

Logo Financeur Europe

 

Projet vergers de sauvegardeverger sauvegarde MJP

Un inventaire du patrimoine fruitier du Parc naturel régional du Haut-Languedoc, réalisé entre 2000 et 2003, par l’association gardoise "Fruits Oubliés" a révélé la présence d’une grande diversité de pommes liées à ce territoire. Parmi la centaine de variétés recensées, 43 ont été identifiées comme étant de tradition locale.

 

Or, ce patrimoine fruitier disparaît peu à peu. L’apparition dans les années 1950 de l’arboriculture industrielle, qui tend à homogénéiser les pratiques et les variétés utilisées, est l'une des principales causes de cette disparition. S’ajoute à cela un autre facteur qui intervient dans la perte de cette biodiversité cultivée : la déprise agricole. En effet, avec la diminution de la population rurale, c’est toute une culture, un savoir-faire et des pratiques liés à l’arboriculture dans le Haut-Languedoc qui disparaît.

 

Face à ces constats, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc s’est engagé à mettre en place des vergers de sauvegarde des variétés anciennes et locales de pommes.

 

En septembre 2010, avec l’appui technique et scientifique de partenaires (Pépins d’Hier, Verger conservatoire du patrimoine fruitier du département du Tarn), le Parc a déterminé les 5 variétés locales et anciennes retenues comme prioritaires sur le territoire du Haut-Languedoc : Milharenque, Janissole, Pomme de Rouairoux, Rainette de Marso et Cœur de Bœuf.

 

Entre 2011 et 2012, grâce à un volontaire en service civique, le Parc a réalisé un travail de terrain pour localiser les vergers contenant des arbres de ces 5 variétés. L’action a consisté à prendre contact avec les propriétaires, visiter des vergers, et surtout déterminer les arbres les plus adaptés à une future récolte de greffons. Pour chaque variété, un arbre de référence a été sélectionné, celui représentant les caractéristiques les plus communes et identitaires de la variété ciblée. Ce sont sur ces arbres qu'ont été prélevés les greffons. Au total, 220 petits arbres greffés ont été accueillis dans la pépinière de Renaud Mauchoffé à Saint-Amans-Soult jusqu’à ce qu’ils aient atteint une taille suffisante pour leur plantation dans les vergers. Les transplantations dans les vergers de sauvegarde se sont étalées de janvier 2016 à mars 2019.

 

Aujourd’hui, le réseau des vergers de sauvegarde du Parc compte 12 vergers situés sur 11 communes du Tarn et de l'Hérault : Aiguefonde, Anglès, Le Rialet, Labruguière, Lunas, Mazamet, Pont-de-l’Arn, Riols, Saint-Amans-Soult, Saint-Amans-Valtoret et Verdalle. Chacun accueille des arbres des 5 variétés, soit entre 15 et 20 arbres. Dès l’automne 2018, les premières pommes ont muri, laissant présager de belles récoltes dans les années futures. Ces vergers auront comme principale mission de permettre la valorisation des variétés locales et anciennes, ils seront le support d’animations pour tous les publics. De nouveaux vergers verront le jour dans les deux prochaines années.

 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter les fiches techniques des variétés locales et anciennes de pommes du Haut-Languedoc. Vous y trouverez une guide permettant de vous aider à décrire pas à pas une pomme ainsi que les fiches variétales des cinq variétés locales sélectionnées.

 

Jury concours prairies fleuries DBBConcours prairies naturelles

Depuis 2011, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc organise sur son territoire un concours autour des prairies naturelles. Initialement appelé concours des prairies fleuries, il s’appelle désormais Concours des Pratiques Agro-écologiques Prairies & Parcours. Ce concours est une catégorie du concours général agricole, au même titre que les animaux, les vins ou les produits. En 2019, une cinquantaine de territoires ont organisé ce concours et près de 300 agriculteurs ont participé. Plus d’infos : ICI

 

Le principe est simple. Il s’agit de valoriser les parcelles ayant le meilleur équilibre agri-écologique, c'est-à-dire celles qui relèvent le défi de maintenir la richesse en espèces floristique tout en conservant une excellente productivité et une grande qualité des fourrages.           

 

Pour apprécier cela, un jury composé d’experts dans les domaines de la biodiversité, de l’agronomie et de l’apiculture se déplace sur chaque parcelle. Il analyse des critères très variés comme la diversité et l’équilibre entre les espèces, l’appétence et les caractéristiques nutritives du fourrage, la présence de certaines plantes, la qualité du lieu de vie pour le troupeau, la dynamique des végétations, la ressource alimentaire disponible pour les abeilles, le potentiel de l’environnement pour l’ensemble de la faune (insectes, oiseaux, chiroptères)…

 

Le concours se déroule généralement sur 2 journées. A l’issue des visites, le jury délibère et attribue des prix qui sont remis lors d’une cérémonie en présence des participants dans le courant de l’automne. Le lauréat du Haut-Languedoc participe ensuite au concours national pour lequel les prix sont annoncés lors du Salon International de l’Agriculture à Paris. En 2011, le GAEC de Lamarque à Anglès a reçu le prix national d’excellence agri-écologique dans la catégorie « prairies de fauche de montagne ».

En 2019, le 9ème concours a récompensé le GAEC de Bonherbe (catégorie Fauche et Pâture) et le GAEC des Mouret (catégorie Pâture).

 

D’une manière générale, ce concours entend montrer que production et biodiversité peuvent se rejoindre. Il créé du dialogue entre acteurs des territoires et permet de communiquer sur l’intérêt et l’importance du maintien des prairies naturelles en France.

 

 

Un herbier pratique pour découvrir les plantes du Haut-Languedoc

Guide Plantes Prairies Haut LanguedocLe Concours des Prairies naturelles, ainsi que le travail mené autour des milieux ouverts herbacés ont permis d'identifier plus de 300 plantes dans les prairies du Haut-Languedoc.

 

Ce petit guide pratique vous permettra d'identifier la flore la plus répendue dans ces espaces (cliquez sur l'image à droite)

 

 

 

 

 

 

 

Lo Grehl Del Pargue, la lettre des agricultures

Régulièrement, le Parc édite une lettre à destination des producteurs et agriculteurs du territoire pour les tenir informés des actions menées sur le territoire à leur intention. Retrouvez ici tous les numéros édités à ce jour :

 

Lo Grelh N16

 

- Lo Grehl Del Pargue - n°18

- Lo Grehl Del Pargue - n°17

- Lo Grehl Del Pargue - n°16

- Lo Grehl Del Pargue - n°15

- Lo Grehl Del Pargue - n°14

- Lo Grehl Del Pargue - n°13

- Lo Grehl Del Pargue - n°12

- Lo Grehl Del Pargue - n°11

- Lo Grehl Del Pargue - n°10

- Lo Grehl Del Pargue - n°9

- Lo Grehl Del Pargue - n°8

- Lo Grehl Del Pargue - n°7

- Lo Grehl Del Pargue - n°6

- Lo Grehl Del Pargue - n°5

- Lo Grehl Del Pargue - n°4

- Lo Grehl Del Pargue - n°3

- Lo Grehl Del Pargue - n°2

- Lo Grehl Del Pargue - n°1

 

 

Changer nos comportements

Eleveur avec ses vaches dans une prairie naturelle du Parc naturel régional du Haut-Languedoc
Eleveur avec ses vaches dans une prairie naturelle du Parc naturel régional du Haut-Languedoc
Agriculture durable
Photo de Jardin durable avec les jardiniers du parc naturel régional du Haut-Languedoc
Photo de Jardin durable avec les jardiniers du parc naturel régional du Haut-Languedoc
Jardinage durable