Restaurer la ripisylve de l'Arn pour protéger la mulette perlière

Biodiversité

Plusieurs travaux ont été effectués sur les rives de l'Arn pour assurer la protection de la moule perlière.

Vallee-arn

Résumé

Publié le 20/11/2023

Un projet de restauration finalisé sur les rives de l'Arn

En octobre 2023, au Soulié (34), élus et partenaires se sont retrouvés pour visiter plusieurs parcelles rattachées aux Espaces naturels sensibles « Rives de l'Arn » du département de l'Hérault et situées dans le Site Natura 2000 « Vallée de l’Arn » animé par le Parc naturel régional du Haut-Languedoc. Des travaux, effectués par le Parc et ses partenaires grâce à des fonds issus du Plan France Relance, les ont rendus favorables à la Mulette perlière.

Favoriser la présence de la Mulette perlière, mollusque protégé, dans l’Arn

L’objectif de l’action était de travailler à la restauration de la ripisylve (végétation de bord de cours d’eau) de l’Arn en faveur de la Mulette perlière, mollusque protégé et en danger d’extinction. Dans ce même objectif, la plantation d’arbres pouvait être complétée par des créations de clôtures et de points d'abreuvement pour protéger le cours d’eau du piétinement du bétail ou par la préservation de zones humides attenantes. 

En partenariat avec le Conservatoire d’espaces naturels Occitanie (CEN) et le Syndicat mixte du bassin de l’Agout (SMBA), des études ont été menées pour identifier les parcelles les plus adéquates à accueillir un tel projet, proches de zones de pâturage et là où la plantation d’arbres n’affectait pas le fonctionnement de la zone humide. 
 

Berges et zones humides protégées

Sur des propriétés départementales de l’Hérault et quelques parcelles privées, plusieurs points d’abreuvement direct dans le cours d’eau ainsi que des clôtures anciennes ou trop proches des berges ont été identifiés. Les anciennes clôtures ont été déposées et remplacées par des clôtures pérennes, placées en retrait du cours d'eau pour éviter la dégradation des berges et favoriser la végétalisation, et des plants de saules ont aussi été bouturés pour regarnir la ripisylve. Au final, ce sont près de 450m de berges qui ont pu ainsi être protégés par la remise en clôtures pérennes de 2 parcelles d’une surface totale de 3 ha.

Lors de la recherche de parcelles pertinentes, ce projet a également permis l'identification d'un secteur de plus de 25ha comprenant des zones humides en bordure de l'Arn et de son affluent, la Sème, où s'est mis en place une Obligation Réelle Environnementale, garantissant ainsi une gestion adaptée sur le long terme et la préservation de près de 800m de berges.

Un projet mené à bien qui offre des suites concrètes et pérennes

Ce projet aura permis la mise en place d’un travail multi partenarial qui est voué à se prolonger sur le bassin versant de l’Arn. De nouveaux travaux de mises en défens des berges devraient notamment se mettre en place dans la continuité des travaux déjà réalisés.