La route du verre du Languedoc

Saviez-vous qu’en vous promenant dans les forêts du Haut-Languedoc, vous trouverez peut-être des morceaux de verre d’une couleur bleu-vert, qui ont été fabriqués dans cette forêt il y a près de huit siècles ? Saviez-vous qu’au hasard de vos promenades dans le Parc naturel régional du Haut-Languedoc, vous trouverez peut-être les vestiges d’anciens fours verriers, constructions de pierre et de briques réfractaires ?
Ces vestiges sont l’héritage que nous ont laissé les « Gentilshommes verriers », des chevaliers autorisés à exercer « art et science de verrerie » par lettre de privilège du Roi Charles VII, dès le XIVè siècle. Ces privilèges ont été reconduits jusqu’au règne de Louis XV, par les différents rois qui se sont succédé.

Les gentilshommes verriers se sont installés ici, où ils se procuraient facilement les matières de base à la fabrication du verre : le bois de la forêt, qui était le combustible de leurs fours, le sable des rivières, le salicor, indispensable fondant produit sur le littoral languedocien. Une commune évoque même, dans sa toponymie, cette activité du passé : il s’agit de la commune des Verreries-de-Moussan, dans l’Hérault, entre St-Pons-de-Thomières (Hérault) et Saint-Amans-Soult (Tarn).

Souvent mal estimé, le verre fabriqué depuis le Moyen-âge dans la Montagne Noire a été longtemps vendu sous un nom d’emprunt. Aussi, les traces de ce patrimoine méconnu sont-elles aujourd’hui pratiquement perdues. Elles ne méritaient pas de l’être, car il existait bel et bien un art de verrerie propre à la Montagne noire du Haut-Languedoc.

Retour au sommaire



Filtrer par type

Tous
Artisans
Goût et saveur
Hébergements touristiques
Les offices du tourisme
Randonnées
Sites
Acteurs