Des sirops concoctés avec les fleurs des prairies du Parc !

A l'initiative du Parc naturel régional du Haut-Langudoc, ces sirops ont été réalisés avec du foin récolté sur les prairies fleuries du territoire du Parc.

Ces sirops sont issus des fleurs des prairies lauréates du concours prairies fleuries qui récompense le meilleur équilibre entre la valeur agricole et la valeur écologique.

La diversité des prairies fleuries apporte vitamines, antioxydants et oméga dans le lait et la viande des animaux qui les consomment. Grâce à cette transformation en sirop, il est aussi possible de profiter de leurs bienfaits. 
Ces sirops sont excellents tout simplement dilués dans de l'eau froide, plate ou pétillante, mais aussi dans de l'eau chaude comme une infusion, ou comme un kir avec un vin blanc sec ! C'est très bon également sur des crêpes ou en garniture de pâtisserie...On peut également faire de la gelée de prairies fleuries, comme a fait le Parc naturel régional de Lorraine, ou de la cuisson de viande ou de poisson en papillotes sur un lit de foin. Certaines fleurs peuvent aussi être mangées en salade ou agrémenter des plats. 

Nous avons fait réaliser 3 sirops différents :

- la bouteille qui porte une étiquette bleue est le sirop des prairies de Florence et Jean-Luc Hervé (Ferme d’En Gout à Dourgne), il a été transformé par Caroline Rondineau, Les Jardins du Salvet à Saint-Etienne-d'Albagnan.

- la bouteille qui porte une étiquette verte est un sirop bio des prairies de Didier et Jeanne-Marie Mouret (GAEC des Mouret) à Lasfaillades (Tarn), il a été transformé par Edwige et Philippe Amalric à Esperausses.

- la bouteille qui porte une étiquette orange est le sirop des prairies de Michel Castan (EARL des Monts de la Grange) au Rialet (Tarn), il a été transformé par Nadine Amagne, productrice et transformatrice de safran à Berlou.

Réalisé à titre expérimental, le sirop de prairies fleuries du Haut-Languedoc n'est pas commercialisé pour le moment. L'accueil qu'il a reçu lors des premières dégustations laisse imaginer qu'il intéressera des transformateurs. Un peu de patience...

Publié le mercredi 03 février 2016